Chauffage au bois et pollution : comment l’éviter ?

Appréciés pour leur excellent rendement, les poêles à bois séduisent de plus en plus de particuliers et permettent de profiter d’un chauffage à la fois confortable et économique. Si les nouveaux appareils n’émettent qu’un taux modéré de particules, la question de la pollution est pourtant toujours d’actualité : malgré les normes et les certifications en vigueur, les poêles à bois restent-ils dangereux pour notre santé ?

Poêle à bois et pollution : quels sont les véritables risques ?

Comme tous les combustibles, le bois qui brûle est une source de pollution et produit notamment du monoxyde de carbone et des particules fines. Ces éléments sont rejetés dans l’atmosphère par les conduits d’évacuation mais, en cas de poêle non certifié ou d’une installation non-conforme, peuvent également polluer l’intérieur d’un habitat. Les enfants, les personnes âgées et les adultes souffrant de problèmes respiratoires peuvent alors être directement impactés par ces particules volatiles.

Solutions et astuces pour réduire la pollution

Quelques précautions d’usage et d’installation peuvent permettre de limiter au maximum ces risques de pollution au bois. Ainsi, il est conseillé de :

  • Faire confiance au label Flamme Verte qui permet de faire la différence et de choisir des appareils performants et respectueux de l’environnement.
  • Faire installer le poêle par un professionnel agréé et ce, même si l’on est soi-même bricoleur.
  • Bien connaître le fonctionnement de son appareil afin d’exploiter au mieux sa capacité. Un poêle qui fonctionne au ralenti, par exemple, ne peut pas assurer une combustion complète et rejette d’autant plus de particules.
  • Vérifier la ventilation du logement et plus particulièrement, de la pièce où est installé le poêle.
  • Ne jamais négliger les deux ramonages annuels qui permettent d’assurer le bon fonctionnement de l’appareil mais qui assurent également la sécurité des occupants du logement.
  • Ne pas brûler des matériaux polluants : seul un bois bien sec doit être utilisé dans un poêle. Le papier, le carton, le bois de récupération sont autant de combustibles qui peuvent avoir été traités et qui peuvent rejeter des polluants dangereux.