Les bûches de bois

Les bûches à boisDepuis toujours, le bois est considéré comme un mode de chauffage économique et performant. Aujourd’hui, il est en plus considéré comme une énergie propre et renouvelable, un atout à l’heure des économies d’énergies et des préoccupations environnementales.

Un chauffage écologique

Les bûches à bois, et plus généralement tout mode de chauffage au bois, présentent un bilan carbone neutre du point de vue des émissions de CO2 (à condition, toutefois que les forêts exploitées soient gérées de façon durable).

En 2008, en France, l’accroissement des forêts représentait environ 90 millions de m3 de bois (pour un an) dont 50 millions de m3 ont été exploités (soit 55% de l’accroissement annuel).

Ce bois est réparti à 78 % dans le bois d’œuvre, 15 % dans l’industrie et 7 % dans le bois énergie.

Le bois est une énergie verte qui pourrait assurer les besoin en énergie des français (35 millions de m3 pourraient être exploités en plus sans mettre en danger la forêt française) ; cependant, cette ressource ne saurait être totalement propre sans un changement des comportements et une attention portée aux dépenses d’énergies.

Pour consommer moins d’énergie, et à terme préserver notre planète, il faut que le logement soit bien isolé et il faut respecter les températures conseillées, c’est-à-dire 19/20°C dans les pièces à vivre et 17°C dans les chambres.

Un chauffage performant

Les bûches à boisEn plus d’être un mode de chauffage écologique, le bois est aussi une énergie très performante. En effet, un bon rendement et une bonne combustion permettent de chauffer une habitation complète (celle-ci doit être parfaitement isolée).

Une combustion complète des bûches limite les cendres et les résidus (rejets atmosphériques polluants) et encrasse moins le foyer (durée de vie de l’installation plus longue). La combustion totale des bûches est synonyme de bon rendement et donc de chaleur dégagée.

Elle se décompose en trois phases, dont la première étape est le séchage : toute l’humidité contenue dans la bûche s’évapore.

Puis vient la gazéification (200°C) qui produit charbon et gaz.

A partir de 600°C, l’oxydation (3ème phase) s’enclenche et c’est durant cette période qu’est produite l’énergie (chaleur).

Le rendement vient à la fois de l’appareil choisi, du choix du combustible (granulés, bûches, briquettes…) mais également du type de bûches utilisé.

Types de bûches et pouvoir calorifique

L’essence du bois entre dans la composition de la bûche et peut avoir une incidence sur le pouvoir calorifique.

Les feuillus comme le chêne ou le hêtre vont brûler plus longtemps et leurs kWh/tonne est en moyenne de 5070. Les résineux comme le pin ou l’épicéa vont brûler plus vite et conviennent bien au démarrage : ils ont un Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI) de 5330 kcal/kg (moyenne).

Un autre facteur entrant en jeu dans le rendement est l’humidité. Plus un bois sera sec, plus il dégagera de calories et donc de chaleur (de plus, il encrassera moins votre appareil de chauffage).

C’est pourquoi le stockage et le temps de séchage des bûches de bois sont importants à connaître. Conservé au sec, dans un endroit bien ventilé, au-dessus du sol et disposé fendu en morceaux, son séchage est optimal.

Buches de bois densifiéesLes bûches de bois traditionnel ont depuis quelques temps de la concurrence avec les bûches de bois densifié (bûches composées de déchets, séchées et compressées). Leur taux d’humidité est souvent plus faible, elles génèrent aussi moins de déchets (fumée, cendres…) et sont issues de résidus de bois valorisés.

Il existe aussi, pour la nuit ou les périodes d’absence, des bûches longue durée composées à 100 % d’écorces de bois : elles développent une braise qui brûle d’une chaleur douce pendant 6 à 8 heures. Elles réduisent la consommation de bois et permettent un allumage rapide.