Poêle cheminée

Le poêle cheminée est un moyen de chauffage qui combine les techniques et performances du poêle à bois et de la cheminée. Rendement supérieur et esthétique plus soignée, le poêle cheminée possède de nombreuses qualités. Zoom sur ce mode de chauffage écologique.

Le poêle cheminée (ou insert cheminée), compromis idéal entre le poêle à bois et la cheminée

L’insert cheminée associe de façon intelligente les atouts du poêle à bûches et ceux d’une cheminée classique. Son mode de chauffe principal se fait par rayonnement comme un poêle à accumulation, il est associé à un mode de chauffe par convection. Les flammes produisent la chaleur qui est emmagasinée dans la coque du poêle cheminée, elle se diffuse doucement dans la pièce où se trouve le poêle.

Poele Cheminée

Poele Cheminée – Source

Une cheminée classique transforme 15 à 30 % de l’énergie du feu en chaleur réelle. A contrario, les inserts cheminées atteignent 80 % de rendement. Leur autonomie est de plusieurs heures grâce à la présence d’une seconde chambre de combustion et les derniers modèles ont un bilan carbone plus faible car ils limitent les émissions de CO2. Les poêles cheminées allient le côté chaleureux et douillet que procure une belle flambée grâce à la vitre en vitrocéramique, et le rendement énergétique des poêles classiques.

Cependant, le poêle cheminée et son mode de chauffage par rayonnement ne permet pas de chauffer une grande surface et la chaleur émise ne peut se diffuser dans les autres parties de l’habitation : il n’est fait que pour chauffer la pièce où il est installé.

Bien choisir son poêle cheminée

De nombreuses marques proposent désormais des poêles cheminées (ou insert cheminée) et, même si celles-ci sont équivalentes en termes de performances, certains points sont importants à regarder lors de l’achat.

En premier lieu, la puissance en kW du poêle doit correspondre à vos besoins et à la taille de votre pièce. Le rendement, les émissions de particules fines et les émissions de CO2 sont le second point à considérer. Viennent ensuite la taille des bûches acceptées (de 25 à 50 cm selon les modèles), l’autonomie, la taille de l’appareil et son positionnement (poêle d’angle, central, suspendu…), le temps de chauffe, l’étanchéité, ainsi que d’autres options comme les trois faces (parois vitrées sur plusieurs faces).

Le matériau utilisé est une autre donnée à prendre en compte. L’acier, par exemple, monte rapidement en température, contrairement à la fonte. De nouveaux matériaux font leur apparition comme la stéatite, roche tendre, composée de talc, de magnésite et de chlorite (très facile à travailler). Ses grandes capacités de stockage (2 à 3 fois supérieure aux briques réfractaires) et de redistribution de la chaleur (transmission par conduction 8 à 10 fois supérieure aux autres matériaux) en font un matériau très prisé des constructeurs de poêle.

Du style classique au design contemporain, les inserts cheminée (aussi appelés poêles cheminées) savent s’adapter à n’importe quel intérieur, et leurs coûts varient de 3 000 à 5 500 € en moyenne.